top of page
  • Photo du rédacteurLauriane

L'apport de l'ostéopathie dans les difficultés d'allaitement maternel



À la naissance, les nourrissons dépendent de leurs parents pour survivre.

Ainsi, leur alimentation, constituée principalement de lait jusqu’à leurs 6 mois de vie, peut être exclusivement produite par la maman via la lactation et délivrée au nourrisson par l’allaitement maternel. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Interagency Group for Action on Breastfeeding (IGAB) précisent que le lait maternel à l’exception de tous les autres ingesta, solides ou liquides, assure un développement optimal au nouveau-né puis au nourrisson (1). Bien que plébiscité par les professionnels de la santé, l’allaitement maternel exclusif reste peu pratiqué en France. Afin de se nourrir, les nouveau-nés et nourrissons sollicitent des mécanismes complexes de succion-déglutition mettant en jeu différentes structures anatomiques (2). Ils leur permettent d’ingérer le lait à partir du mamelon ou d’un dispositif de substitution composé d’une tétine et d’un biberon. Cependant, plusieurs obstacles peuvent se créer au cours des premiers mois de vie des nouveau-nés rendant ainsi cette fonction vitale difficile à réaliser.


Plusieurs signes sont à observer :


- bébé fatigue lorsqu'il tète

- les repas sont longs

- le débit ingéré est faible (observation au biberon en ml)

- bébé a du mal à prendre du poids

- bébé a du mal à prendre le mamelon en bouche

- le réflexe d'éjection du lait est trop fort pour bébé

- maman a mal lors de la tétée

- le mamelon change de forme (crevasses, rougeur, cloques...)

- les tétées sont trop fréquentes (3 ; 4)


Dans un premier temps, il ne faut pas hésiter à en parler au professionnel de santé qui suit le nourrisson (pédiatre, généraliste, sage femme...) pour écarter tout problème médical organique.


Dans le cas où bébé serait nourri au biberon, il est important d'adapter le lait à ses besoins et à sa croissance. Passer à un lait épaissit ou non selon les conseils des professionnels de santé.


Dans un second temps, un bilan en ostéopathie peut permettre de détecter les obstacles mécaniques qui provoquent des difficultés d'allaitement. Souvent, ils se retrouvent autour de la bouche, de la face et du crâne de l'enfant, mais il n'est pas rare d'intervenir sur la colonne cervicale, dorsale, lombaire ou au niveau des côtes et du bassin.

Le traitement est adapté à chaque nourrisson et s'articule autour d'un travail de mobilisations douces sur les articulations, les muscles, tendons, ligaments et fascias des zones concernées.

N'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre ostéopathe.



Bibliographie :

1. Fifty fourth World Health Assembly Geneva: WHO; 2001. Infant and young child nutrition.

2. Renault F. Troubles de succion déglutition du nouveau-né et du nourrisson. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Pédiatrie, 4-002-T-07, 2011.

3. Rigourd, V et al. Conseils pour l’allaitement maternel. Journal de pédiatrie et de puériculture, 2018 ; 31 (2) : 53-74.

4. Rigourd, V. et al. Allaitement maternel : difficultés et complications. Perfectionnement en Pédiatrie 2019 ; 2 : 62–7.




Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page